Walhalla

« We live like caged beasts waiting for the day to let the rage free. »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue Invité, nous sommes en Janvier 2102. Le Quadra vient de subir l'Ordre d'Exception 99 !
Nous vous rappelons que le Walhalla est réservé à un PUBLIC AVERTI.
Venez donner votre avis sur la restructuration du W : ICI

Partagez | 
 

 Marine Vanesk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marine Vanesk
    Mère Passionnata

avatar

Date d'inscription : 27/08/2010
Messages : 223
Localisation : Sudri


MessageSujet: Marine Vanesk   Sam 4 Sep 2010 - 19:55

L ' I D E N T I T E



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(c)

    NOM : Vanesk.
    PRENOM : Marine.
    AGE : 33 ans.
    RACE : Vane.
    EMPLOI : /
    LOCALISATION : Sudri.
    Etat face au Virus : Porteuse sain.



L ' E S S E N C E



A L L U R E - G E N E R A L E

    Un visage fin, qui ne sourit que rarement, ou simplement pour dissimuler ses pensées profondes. Le plus remarquable chez cette jeune femme est sans doute la masse luxuriante de ses mèches rousses. Si on peut difficilement dire que Marine est une belle femme, elle n’en possède pas moins un charme qui lui est propre. Sans doute transmit par la clarté de ses yeux bleus et sa peau pâle. Une taille plutôt menue, puisqu’elle ne dépasse pas le mettre soixante cinq. De par ses années au coté de son ex époux, elle garde une élégance certaine dans ses tenues vestimentaires, ainsi qu’une distinction mondaine prononcée. Bien qu’elle en soit venue à préférer une simplicité plus confortable depuis peu.



C A R A C T E R E

    Discrétion… on ne la remarque que peu tant elle a pris l’habitude d’être un charmant faire valoir pour son époux. Marine est une jeune femme de prime abord futile, superficielle. La majeure partie de sa vie se passe loin de toute conscience politique. Languide, le monde n’avait pas de prise sur elle. Cependant depuis quelques années, un noyau de volonté s’est cristallisé en elle, d’autant plus solide qu’il s’est constitué sans qu’elle n’en ait vraiment eu l’intuition. Son intelligence analytique ne se dévoile qu’à ce moment. Elle conquiert par le même temps son indépendance. Tristesse.



H I S T O I R E

    2066
    Natacha et Pietro Vanesk voient enfin leur vœu exaucé, alors que la mère atteignait la limite de son âge fertile. Marine vient au monde dans une société qui trouve ses marques. La situation florissante de Nornir de Pietro leur permet d’être à l’abri de tous besoins et la fillette grandit dans un environnement sans nuage ni prise de conscience. Si le père affiche une mine des plus respectables, sa manière de rendre ses jugements et les procès dont il est le seul maitre à bord l’est beaucoup moins. Cependant son habilité est telle que quelque soit les gens peu recommandables dont il croise la route ou son objectivité défaillante ne font pas une bavure dans le cercle de la Haute société de Sudri. Sans faire partie des Nornes, il n’en a pas moins, dans le cadre d’affaires délicates, le rôle de conseil.

    C’est avec soulagement que le couple apprend que leur fille unique n’est pas touché par la tare mutante tellement peu digne d’eux, cependant, ils lui passent soigneusement sous silence le fait qu’elle soit porteur sain. La mère ayant, par une négligence coupable, laissé passer le temps réglementaire pour que Marine soit une fois pour toute vaccinée. Si aucun des deux n’est un parent exemplaire, ce ne sont pas non plus des catastrophes, si l’on oublie bien entendu ce « petit » non dit.

    Marine grandit entourée de Vanes, entendant seulement parler, à l’état d’inquiétante rumeur, des Ases, sans jamais se poser de réelles questions à leur sujet ni être confronté à la réalité de ce qu’ils sont et de l’impact qu’ils ont sur la société. A vrai dire, cela ne l’intéresse pas vraiment. Si à l’adolescence, il lui arrive d’être en conflit ou d’avoir des désirs bien peu sage à l’égard de sa condition, il apparaît cependant qu’elle reste dans les normes d’une jeune fille de bonne famille, un peu falote, un peu banale. S’il lui arrive parfois de prêter l’oreille lorsque son père discute avec sa mère de l’une ou l’autre de ses affaires, cela ne parvient pas vraiment à capter son attention. C’est sans grand entrain qu’elle se dirige vers des études de langues anciennes, parce que c’est tendances, parce que les débouchés ne sont pas si rares. Si elle fréquente la bonne société Sudri, Marine ne noue que peu de lien.

    Si l’on excepte un jeune homme ambitieux qui parvient à capter son attention languide. Si ils se retrouvent dans la même école, il devient évident que Sandro, lui n’entend pas végéter à la même place. Très rapidement, ils deviennent inséparable, unis par une même conception de leur avenir et des valeurs qu’ils partagent, elle lui voue une admiration profonde et lui ne désire que protéger cette femme qui ne semble jamais totalement présente. C’est naturellement qu’il vogue dans les traces politiques, s’attirant les bonnes grâces de son beau- père de cette manière. Mais si Piétro était profondément corrompu, lui préserve une probité sans faille. Lorsque le jeune couple s’unit, c’est toute la crème Sudri qui est présente. A 24ans, la jeune femme voit s’ouvrir devant elle un avenir aussi futile que précieux devant elle.

    Il ne lui manque qu’une seule chose pour parachever ce qu’elle croit être son bonheur… deux ans après leur union, le jeune couple prend la décision de s’inscrire à Genus Eris. Les tests sanguins les montrent tout les deux aptes à concevoir. Ce qui était au départ pour Marine une idée abstraite devient rapidement une source de joie anticipée, tandis que pour Sandro, c’était plutôt un moyen de s’implanter plus encore dans les hautes sphères. La première année, constatant qu’ils ne font pas partie des couples élus, la déception est grande, Sandro tentant d’adoucir le sentiment de son épouse en la couvrant de présent couteux. Avant qu’ils ne recommencent. Peu à peu, insidieusement, la Vane commence à ressentir un ressentiment qu’elle ne comprend pas elle-même pour cette politique tellement stricte qui l’empêche de faire fleurir sa vie. Bien sur, elle en comprend théoriquement les raisons et se garde bien d’émettre la moindre critique au sein de ses diners mondains pas plus qu’avec son époux qui, elle le pressent, ne n’entendrait rien à ses préoccupations.

    Deux ans de plus de déceptions, deux ans de plus durant lesquels elle commence à prendre conscience des disparités énormes qui règnent autour d’elle, il serait temps à 29ans... De rares contacts avec des Ases, sans qu’elle ne les recherche vraiment dessillent ses paupières, l’injustice de leur vie la frappant violemment. Sans pourtant qu’elle ne tente de faire quoique ce soit pour modifier cela. Non pas. Si Sandro apprenait quelles sont ses pensées, il en serait fort désappointé ! Et elle risquerait de lui porter préjudices. Et puis… la troisième année voit son espoir le plus cher se réaliser. Le reste du monde pourrait subir une nouvelle apocalypse qu’elle s’en désintéresserait. Freyr l’a choisi ! Elle va enfin être Mère ! Si Marine est exubérante, son mari partage une joie plus modérée. Non qu’il n’aime pas sincèrement sa femme, mais… un bébé ca prend du temps ! Et du temps, il n’en a que pour sa femme et pour sa carrière. Avant les six mois fatidiques, elle apporte la preuve de sa fertilité.

    La vane en oublie totalement les disparités qu’elle avait notés les années précédentes, son début de conscience humaniste n’a plus la moindre importance. Pas un instant elle ne songe qu’elle pourrait transmettre le virus à son enfant puisque elle est vaccinée…. Du moins… et Sandro lui est bien sur protégé. Sa grossesse la voit plus rayonnante, plus belle, plus radieuse que jamais. Les examens qui sont fait apportent la preuve d’un beau bébé sain, un petit garçon. Déjà en ses pensées il est présent. La veille de l’accouchement, accompagnée de son mari, elle se rend à l’hôpital sans la moindre crainte sous jacente.

    Le travail se passe sans difficulté… mais alors qu’elle a peine le temps de le tenir quelques minutes dans ses bras que déjà on le lui enlève. Rien d’inquiétant… Pourtant les minutes passent. Pour devenir des heures. Et Solal ne revient pas… Elle ne comprend pas. Interroge Sandro dont le visage se ferme de plus en plus. Jusqu’à ce qu’un médecin revienne et ne leur donne que peu d’explication. Que dans sa détresse, Marine n’appréhende pas. La main enlaçant la sienne, son époux est défait, mais garde tout son maintient. Il parvient à lui faire comprendre… Son fils ne reviendra pas. Il est considéré comme Mutant. Non ! Impossible ! Ils se sont trompés. Et même si ils ont raison, elle s’en moque, elle prendra soin de lui… Un hurlement de souffrance, de colère, de louve blessée secoue les murs de l’institut.

    Les rapports entre Marine et Sandro se délitent, se réduisent à rien. Sur son lit de douleur, en son cœur nait une résolution qui se cristallise lorsqu’ils rentrent chez eux. Leur cercle d’ami affecte de ne rien voir, de ne poser aucune question sur le berceau qui reste vide. Insupportable pour elle. Elle s’éloigne de l’homme qu’elle aime, lui reprochant sa passivité à ce sujet, quand lui au contraire désapprouve totalement son comportement irresponsable, étant farouchement favorable aux mesures du gouvernement. Pas de dispute, non, bien sur que non, mais un silence qui se fait de plus en plus intense. Quelques mois après, ils se séparent, usés par ces différents. Généreux, il continue à lui laisser un libre accès total à ses finances, espérant que sa lubie passerait. Il n’aurait peut être pas cette attitude si il avait la moindre idée de sa décision. Bien qu’elle ne soit pas préparée pour cela, en douceur, elle se glisse dans les bas-fonds de la société, dans le but d’en savoir plus sur ce qui arrivent aux bébés Ases. Et surtout… comment faire pour qu’elle puisse l’enlever au gouvernement et l’avoir au près d’elle. Elle tente de nouer contact avec des groupes dissidents qui seraient peut être en mesure de lui fournir ces renseignements. Elle s’enfonce dans la clandestinité, tout en maintenant ses habitudes mondaines. Solal… Déjà presque un an…



L I E N S

    ► Sandro. Son époux.


    Précisions ou informations complémentaires sur votre personnage : depuis peu, elle prend des cours de maniement d’armes de poing.



L ' A F T E R


    Nom de l‘avatar : Tori Amos.

    Comment avez-vous connu Walhalla : Swan et Pub Wink

    Présence sur le forum : /



_________________
Solal, mon Soleil. Sandro, ma Lune
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Marine Vanesk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walhalla :: ► DIEGESE :: :: FICHES VALIDEES :: :: Vanes-