Walhalla

« We live like caged beasts waiting for the day to let the rage free. »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue Invité, nous sommes en Janvier 2102. Le Quadra vient de subir l'Ordre d'Exception 99 !
Nous vous rappelons que le Walhalla est réservé à un PUBLIC AVERTI.
Venez donner votre avis sur la restructuration du W : ICI

Partagez | 
 

 Thalie Crane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thalie Crane
    Téméraire Utopiste

avatar

Date d'inscription : 05/09/2010
Messages : 1632
Localisation : Nordri

Emploi : Journaliste à la Voix de Thor

MessageSujet: Thalie Crane   Dim 5 Sep 2010 - 17:11

L ' I D E N T I T E



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(c)

    NOM : Crane
    PRENOM : Thalie
    AGE : 30 ans
    RACE : Vane
    EMPLOI : Rédactrice pour la Voix de Thor
    LOCALISATION : Nordri
    Etat face au Virus : Porteur sain.




A L L U R E - G E N E R A L E

    Thalie est une femme à l’allure décontractée à qui tout sied. Elle n’est pas privée d’une quelconque élégance, même vêtue d’un jean et d’un simple tee-shirt. Il faut avouer que cette blonde élancée a tout de la grâce spontanée et du naturel ravageur. Elle reste féminine quoi qu’il advienne mais ne fait pas des robes sensuelles ses principaux atours. Ses cheveux ondulés retombent en cascade sur ses épaules d’un air désordonné, mettant en valeur ce visage fin au teint de pêche. Deux prunelles inquisitrices arborant le nuancier océan peuvent vous fixer avec froideur mais la détresse ne saurait mentir lorsqu’elle s’y trouve. Il faut dire que depuis quelques semaines, on la trouve souvent, figée dans ses traits fatigués.



C A R A C T E R E

    Un tempérament de femme fière cette Thalie. De quoi vous faire perdre la tête. Elle déteste qu’on la sous-estime, comme elle déteste qu’on remette en question ses certitudes. Thalie n’aime pas avoir tort et c’est avec mauvaise foi qu’elle trouvera à rétorquer contre vous. Cependant, elle est très civilisée et sait écouter quiconque lui donne son avis – même si elle n’est pas très patiente, elle tâchera d’être compréhensive à votre égard sur un sujet quelconque. Car derrière une certaine impulsivité maladive, Thalie reste une femme sensible qui saura être émouvoir dans bon nombre de circonstances. Téméraire & combattive, elle se battra pour ses idées – elle se battra pour l’espoir.
    C’est une femme sociable et souriante, car oui, elle n’aime pas montrer ses états d’âme, et pourtant ses âtres azurés peuvent facilement la trahir. Elle est loin d’être méchante, mais saura parfaitement bien vous rendre la monnaie de votre pièce si vous l’y poussez un peu trop.


H I S T O I R E

    Thalie Crane est née en l’an 2069, dans un milieu ni défavorisé ni aisé. Son père, biochimiste au laboratoire Mjöllnir était quelqu’un de remarquablement intelligent, ce qui lui valut par ailleurs ce poste qui le laissait malgré tout dubitatif. Enrich n’était pas sûr de vouloir participer à l’asservissement des Ases, cependant, les finances ne permettaient pas de faire la fine bouche. Quant à Laora, elle était écrivain – du moins, elle tentait d’en vivre ce qui n’était pas une tâche facile avec les nouvelles technologies et nouvelles considérations de cette époque. Ils souhaitaient tout deux avoir plusieurs enfants, mais la natalité étant sévèrement contrôlée, ils furent bénis par la nature lors du don de ces deux jumelles en ce même jour. Hannah & Thalie étaient la prunelle des yeux de cette famille. Elles furent élevées avec tout l’amour qu’un enfant aurait pu espérer de ses parents. Loties dans des valeurs justes malgré la société – Enrich et Laora n’étaient pas pour l’extinction des Ases. Ils avaient même ce côté assez passionné pour les pousser à se battre pour leur droits, ce qui posa finalement problème aux employeurs de Mr. Crane. Il fut licencié, alors que Thalie et sa sœur avaient à peine cinq ans. Ils découvrirent alors ce qu’était la difficulté financière – c’était bien ça le revers de la médaille. De toute manière, ils n’avaient jamais voulu vivre dans le mensonge.
    Ils vécurent ensuite de travaux par ci par là, que ce soit légal ou non. Il semblerait même qu’Enrich ait fréquenté certains membres de gangs à une époque pour leur vendre des produits interdits dans le commerce. A savoir l’Alpha, et autres sortes de drogues fabriquées maison qui faisaient fureur dans les divers milieux sociaux.
    Il n’a jamais été fier de vivre sur la décadence de la population – et pourtant, il n’avait pas vraiment le choix. Les deux jumelles grandirent, inséparables et fusionnelles. Elles étaient identiques à tel point que tout le monde les confondait. L’une prit le goût pour les sciences et l’autre pour l’écriture. Thalie tendit à se mouvoir dans la culture et l’actualité de cette époque – et malgré le peu d’enseignement qu’elle reçut, elle put décrocher un poste de rédactrice pour la Voix de Thor, ce journal électronique au service du pouvoir. Ce qu’elle devait écrire ne lui plaisait pas. Oh ça… Mais chaque chose en son temps. Il fallait qu’elle se fasse au moule de la société, en attendant de trouver mieux.
    Hannah voulut enseigner les sciences et se débrouilla assez bien pour pourvoir un poste dans une institution prestigieuse. Les parents Crane avaient parfaitement conscience de la réussite de leurs filles. A vingt ans, elles avaient toutes deux pris un appartement pour s’émanciper et commencer à vivre leur vie. Enrich sombra lentement, sous le regard impuissant de sa femme. Sa fréquentation des milieux mal famés et son trafic de drogues firent de lui un dépendant. Un drogué.
    Il fallut quelques mois aux jumelles pour se rendre compte de la situation familiale. Surtout lorsqu’il y eut cet accident. Enrich fut tué, dans les quartiers défavorisés de Nordri. Cela se serait mal passé entre lui et un « client » régulier de sa came. Ce jour là, Thalie prit conscience de la fragilité de ses rapports avec son paternel, et se maudit de ne pas avoir vu plus tôt la détresse de son père qui s’enterrait dans cette situation illégale. La famille fut ravagée. Hannah en voulut tant à son père qu’elle coupa les ponts durant quelques mois que ce soit avec sa mère ou avec elle.
    Laora, au visage marqué par la lassitude et la tristesse ne se remit pas vraiment de cet incident. A vrai dire, elle n’avait rien pu faire contre la descente aux enfers de son mari. Quelle épouse indigne. Elle disait que la ville l’anéantirait, comme elle avait anéanti Enrich. Laora quitta Nordri un beau jour pour s’installer à Surdri. Elle voulait reconstruire sa vie – elle voulait oublier.

    Thalie continua à voir Hannah. Après tout, ces deux là étaient si proches qu’elles n’auraient pas pu se perdre de vue. Contrairement à elle, Hannah avait un fiancé, un homme qui travaillait dans les finances – un homme assez péteux pour que Thalie se demande ce qu’elle faisait avec lui. Ils gagnèrent même le droit de procréer, un an après leur rencontre. Et c’est ainsi que naquit Ewyn. Thalie aimait sa nièce comme elle aimait sa sœur. Et elle, avait une vie amoureuse quasi inexistante, profitant de quelques relations éparpillées et décevantes. La prospérité du travail ne menait pas au bonheur, surtout lorsque l’on vous façonne aux yeux de la société.

    ---

    « Thalie ! Où ça en est de l’article ? » M’interpelle-t-on à l’autre bout de la pièce.

    Je lève les yeux avec une certaine nonchalance en direction de la voix autoritaire de mon patron. Qu’est-ce-qu’il peut être emmerdant quand il s’y met. Je vais lui pondre son fichu article ! Car comme toujours les gangs font les premières pages et je suis dans l’obligation d’insérer le mot « Ases » toutes les deux lignes. Je suis exaspérée, mais je ne dis rien. Le stylo tourne régulièrement entre mes deux doigts et je pose un instant mon menton dans le creux de ma main. Quelques mèches de cheveux balayent mon visage de manière indisciplinée. Je fixe un instant l’écran de mon ordinateur où se dressent quelques lignes frappées hâtivement. Vais-je rendre ce torchon ? Je commence vraiment à manquer d’imagination au sujet des mensonges que l’on me dit d’écrire. Je me perds rêveusement dans l’observation des individus qui m’entourent. Quelle conformité. Je viens de faire mes trente ans il y a deux jours et j’aurais plus envie de me pendre que de faire la fête. Allons Thalie, quand est ce que tu vas faire ta vie ?

    Heureusement, ma sœur doit arriver dans une heure en compagnie d’Ewyn. Cela fait maintenant quatre mois que Korben les a abandonnés. Je savais que c’était un pauvre type – je l’avais pourtant prévenu. Hannah, ma pauvre Hannah.

    Le téléphone sonne bruyamment et je sursaute assez stupidement pour me crisper. Je saisis le combiné et le porte à mon oreille avec agacement, m’attendant à entendre la voix de l’un de mes contacts. Et pourtant, cette voix me parait inconnue.

    « Mademoiselle Crane ? » Me demande-t-on.

    Je fronce les sourcils, perplexe et me contente d’acquiescer. Ma voix est plutôt sévère. Je n’aime pas trop ne pas savoir ce que l’on me veut.

    « Ici le docteur Brach de Eir, l’hôpital de Nordri. » La voix est troublée et hésitante. Je ressens le malaise de mon interlocuteur et ça me froisse, m’inquiète, me torture.

    Je mords ma lèvre inférieure, passant une main dans mes cheveux pour les agiter un instant, meublant le silence qui s’encourt par cette gestuelle de névrosée. Ma gorge se serre, me coupe un instant la respiration tandis que je me courbe par-dessus le bureau.

    « Qu’est ce qu’il se passe ? » Ma voix s’égosille presque d’inquiétude. Je pense immédiatement à ma sœur et sa fille.

    « Il y a eu un accident, mademoiselle. Je suis navré. Hannah, votre sœur et votre nièce. Leur véhicule a percuté celui d’un chauffard. »

    Je suffoque mais je ne dis rien. Mes yeux s’agrandissent de stupeur. La nouvelle me soulève les trippes. Je crois que je vais vomir. Pourquoi elles ? Ma tête me tourne. Je vacille et je me rattrape au bord de mon bureau.

    « Quoi ! Comment ? Où sont-t-elles ? Est-ce qu’elles vont bien ? ». C’est totalement stupide. Je sais très bien qu’elles ne vont pas bien mais j’ai toujours aimé entretenir l’espoir. Et là je suis sous le choc. Je reste figée, les yeux perdus dans le vide tandis que j’écoute la respiration régulière de mon interlocuteur.

    « Votre nièce vient de sortir de la salle d’opération. Son état est plutôt encourageant. » Le silence. « Je suis désolée pour votre sœur. Nous n’avons rien pu faire. »

    Un poignard en plein cœur. Hannah, pauvre Hannah.

    ****************************************************

    Je suis contre la vitre en plastique qui me sépare d’Ewyn. Je la regarde, cette petite tête blonde qui est entravée par bon nombre de pansements et de fils. L’innocence de son visage en est tellement pâlie. Je suis blême. J’avais tellement mal au cœur. La paume de ma main est posée contre la vitre et je me languis, perdue dans mes pensées. Ma sœur est morte, mais cette idée me laisse curieusement dubitative. Quand j’y repense, je trouve ça étrange. Elle m’avait envoyé une lettre il y a trois mois pour me dire que j’étais celle à qui elle confierait tout. Que j’étais celle qui pourrait s’occuper de sa fille s’il lui arrivait quelque chose. Ironie du sort ou pressentiment ? Hannah ma petite Hannah.
    Une larme roule inconsciemment sur ma joue pour venir glisser dans mon cou. Je sors de ma torpeur pour rentrer dans la pièce froide et aseptisée où est alitée la petite.
    Elle vient d’avoir huit ans. Je m’assois auprès d’elle, mes traits tirés par la tristesse de ce constat. Ma sœur n’est plus là. Sa mère n’est plus là. Il ne reste plus que nous. Mais je ne sais pas comment faire avec les gosses, pour la simple et bonne raison que je n’en ai pas.
    Je loge ma tête entre mes bras, me reposant contre la main enfantine d’Ewyn. Je me sens ployer, perdre peu à peu l’équilibre tandis que remonte la douleur jusqu’à mes lèvres. Je laisse éclater un sanglot et je me sens pitoyable.

    J’ai toujours détesté pleurer.






L I E N S


    ► Ewyn Gunt. Sa nièce. La fille de sa sœur défunte. Elle l’aime et compte s’occuper d’elle comme le lui avait demandé Hannah. Cependant, la tâche sera plus complexe vu que le paternel (séparé de sa mère à ce moment même), compte récupérer sa fille.
    ► Korben Gunt. Elle le déteste. Arrogant & péteux, ce bureaucrate lui sort par les yeux. Surtout depuis qu’il s’est mis dans l’idée de récupérer sa fille.
    ► Prénom Nom. Description du lien.
    ► Prénom Nom. Description du lien.


    Précisions ou informations complémentaires sur votre personnage : Thalie effectue souvent des trajets entre les différentes villes pour son job de rédactrice.



L ' A F T E R


    Nom de l‘avatar : Charlize Theron
    Comment avez-vous connu Walhalla :

    Présence sur le forum :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Thalie Crane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walhalla :: ► DIEGESE :: :: FICHES VALIDEES :: :: Vanes-