Walhalla

« We live like caged beasts waiting for the day to let the rage free. »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue Invité, nous sommes en Janvier 2102. Le Quadra vient de subir l'Ordre d'Exception 99 !
Nous vous rappelons que le Walhalla est réservé à un PUBLIC AVERTI.
Venez donner votre avis sur la restructuration du W : ICI

Partagez | 
 

 Sofja Khratvä

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sofja Khratvä

avatar

Date d'inscription : 15/06/2013
Messages : 36
Localisation : Nordri

Emploi : Avocate et Administratrice du COS.

MessageSujet: Sofja Khratvä    Dim 16 Juin 2013 - 5:08

L ' I D E N T I T E



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(c)


    NOM : KHRATVÄ
    PRENOM : Sofja
    AGE : 31 ans
    RACE : Vanes
    EMPLOI : Avocate, administratrice du C.O.S.
    LOCALISATION : Nordri, principalement mais sans restriction sur le Quadra.
    Etat face au Virus : Vaccinée.




L ' E S S E N C E




A L L U R E - G E N E R A L E


    Généralement, tout commencera avec une odeur, une effluve... Un relent un peu froid, un peu mystérieux, quelque chose de très masculin, entre la cigarette et le cigare... Puis ce sera une silhouette, quelque chose d'un peu lointain qui se rapprochera, la tête haute. Il y aura un bruit, sec et rythmé, celui de ses talons frappant le sol sans l'once d'une pitié.
    Si elle vous apparaît de jour, Sofja portera toujours un costume ou un tailleur, ses cheveux seront attachés en un chignon impeccable, sauf les jours où elle ne plaide pas. Ces jours-là, le chignon est un peu plus lâche, moins serré... Bien souvent, un cigarillo se prélassera entre ses doigts fins aux bagues multiples.
    Si, au contraire, elle vous apparaît de nuit, Sofja fera sans doute plus son âge. Son costume aura rajeuni ou elle portera un jean. Ses cheveux, bien souvent, seront lâchés, crinière sauvage et indisciplinée. Peut-être aurez-vous du mal à la reconnaître... Regardez ses doigts, il y a fort à parier qu'un cigarillo s'y trouvera.




C A R A C T E R E


    "Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste." W. S.


    Entière. Paradoxale. Contraire. Agressive. Battante. Arrogante. Cynique. Misanthrope. Franche. Manipulatrice.  Intelligente. Spontanée. Impulsive. Fumeuse. Cultivée. Impitoyable. Et, sans doute, immorale.

    Autant de qualificatifs qui pourraient décrire Sofja sans s'éloigner de la vérité. La jeune femme est une personne charismatique, imposante, pour ne pas dire effrayante. Ses mots sont ceux du cœur et de l'esprit, ceux de la franchise, du pernicieux. Ses mots sont ceux qui disent la vérité, qui la cherchent, qui la provoquent. Ses mots sont ceux de la destruction mais aussi de la sagesse. Sofja est une femme, fatale. Vous la croiserez, souvent, et vous la trouverez belle, pourtant, vous n'oserez que rarement l'aborder. Elle a ce regard glacial et déshumanisé des personnes rigides et arrogantes... Son caractère, incontournable, est de violence et de subtilité. Elle se plait à deviner les gens pour mieux les contrôler... Au final, elle a toutes les qualités de l'Avocate, une bonne couche d'absence de scrupules sublimant le tout.

    Prête à tout, désintéressée de la race humaine, dénuée de toutes capacités à ménager ses interlocuteurs, incroyablement riche, désespérément solitaire, définitivement folle, glaciale.




H I S T O I R E




    A l'aube de l'existence, il y a d'abord eu un changement radical.


    [ Décembre 2099 ]

    - Merci de ne pas m'excuser, Votre Honneur, mais vos propos sont complètement exorbitants de droit commun, c'est inadmissible venant de la Cour!
    - Maître Khratvä, la Cour vous prie de vous modérer sans quoi l'audience sera suspendue. Définitivement.


    Citation :
    Hier, alors qu'elle se présentait une nouvelle fois devant la Cour Suprême, le Maître Khratvä a quitté le Tribunal en prononçant quelques mots dont le Norni Yeshkbah se rappellera probablement encore à la fin de sa carrière. « je vous emmerde, votre Honneur ». L'audience s'est terminée dans un claquement de porte. Sur le parvis, Sofja Khratvä, de l'Ordre Suprême des Avocats de Walhalla, a annoncé qu'elle était lasse de plaider dans l'étroit Austri et préférait retourner à Sudri. Austri peut déplorer aujourd'hui le départ du meilleur avocat de la ville, si ce n'est du pays.

    Je n'aime pas qu'on me lèche le cul, la langue de bois laisse des échardes, c'est désagréable. Je balance le journal sur la table qui me fait face, seule surface plane qui ne soit pas recouverte de cartons. Le meilleur avocat de la ville, si ce n'est du pays. C'est sûr que diplômée à 20 ans, major de promotion et plus jeune avocate de l'Histoire de Walhalla, j'aurais du mal à avoir un curriculum vitae plus impressionnant... Enfin, si, évidemment. J'oubliais que Maman et Grand-Maman et les autres vieilles avant elles ont toujours été Norni de Nordri... Toujours. Forcément, je suis allée faire mes études à Sudri et je suis devenue avocate. Je crois que si ma mère n'avait pas eu un tel balai coincé dans son petit cul d'aristo, j'aurais pu aimer la voie qu'elle avait tracé pour moi. Mais non. Dommage pour toi, Maman. Et désolée de t'humilier chaque fois que je plaide devant toi. Désolée de mon génie, de mon insolence. Désolée de ma capacité à te faire juger en ma faveur des histoires complètement absurdes. Ou pas.

    Le journaliste n'est même pas un ami... Mais c'est vrai que j'ai défendu son patron dans une histoire de fraude fiscale il y a de ça un an ou deux... je ne sais même pas comment j'ai fait pour sortir ce porc de là, c'était vraiment... Crade. Ou humain. Bref. C'est amusant comme une vie peut prendre peu de place... Quelques cartons, que des ases sont en train d'embarquer pour le camion qui livrera tout à Sudri... Et un article, dans un journal, où l'on vante mes talents mais pas la fermeté exceptionnelle de mon postérieure. On a rien sans rien, je me suis habituée à tout prendre par moi-même. Je me sers pour deux. Quelque part, c'est normal.

    Un homme s'empare de mon canapé cuir brun d'une main. Je le regarde, je l'observe. Cet homme ne vaut pas mieux que tous les autres mais il n'est pas pire... Conditionné, peut-être, mais il aurait pu avoir de la conversation si on ne l'avait pas complètement lobotomisé. Je me demande si Zorah ressemble à ça. Je me demande si... J'ai besoin de fumer. Je ne fume que des Cigarillos del Rey del Mondo, des Chicos, mes gamins, quelque part. De temps en temps, un Churchill, un cigare de luxe, je me plais à ne fumer que de la qualité. Enfin. J'inspire, doucement, je cherche le calme, le vide, le froid. Mes veines se gèlent. Mon visage se fige. Je suis bien. Qu'ils fassent leur travail, qu'ils bougent leurs petits culs de drogués et me finissent ça rapidement. Vu le prix que je donne à leur esclavagiste, faudrait pas se foutre de ma gueule.

    C'est dramatique, quelque part, pour une femme telle que moi, de quitter une ville dans laquelle elle s'est fait un nom, des amants et un réseau de clients tous plus friqués les uns que les autres. Mais je ne peux plus. Je ne peux plus. Il est évident qu'elle n'est pas là, évident que tout est perdu, évident que ma Mère ne tardera pas à me faire part de sa désapprobation totale. Et vu que l'information va bientôt être nationale, je vais être obligée de l'appeler pour lui faire part de ma nouvelle adresse. Histoire qu'elle puisse m'envoyer ses putains de missives officielles pour me rappeler cette putain de Loi Unique de merde. Je me bats en vain? Pétasse. C'est surtout que tu ne veux pas que le monde comprenne pourquoi. Pourquoi je m'acharne, moi l'avocate la plus agressive et la plus compétente du continent, à tenter de faire reconnaître un minimum de droit aux Ases. Pourquoi? Tout le monde se le demande, c'est vrai, je ne suis pas personne altruiste, encore moins aimable... Alors pourquoi? Parce que tu n'as pas que cette fille décevante que tu passes tant de temps à essayer d'envoyer dans les roses, Maman. Rappelle-toi.

    Je m'appelle Sofja Khatvä, je suis la fille de la Norni de Nordri, la très respectée Helena Khratvä, et de l'incroyable homme d'affaire, le très très riche Josev Khratvä. Je les vois deux fois par an, pour Noël et pour l'anniversaire de l'autorité paternelle, seule figure un minimum respectable dans cet univers d'hypocrisie. C'est lui qui m'a appris à fumer le cigare et à boire du bon whisky, je lui dois tout, dans le fond, alors je continue de me rendre à Nordri pour son anniversaire. Ces jours-là, ma Mère se fait aux abonnées absentes. Ça m'a toujours arrangé. Peut-être qu'un jour, elle acceptera la Vérité. J'en doute. Non. Je n'en doute pas. J'en suis sûre. Imaginez un peu le déshonneur pour le Norni le plus conservateur du Walhalla si on venait à apprendre la raison exacte pour laquelle son immorale de fille se bat pour tenter de contourner la Loi.

    Je m'appelle Sofja Khratvä, je suis une Vane, vaccinée, riche, respectée, crainte, adulée. Je suis la garce de chacun, celle qu'il faut connaître mais surtout ne pas contrarier. Je suis solitaire, seule. Je suis née à deux. La nature, cette étrange putain pseudo-divine, a voulu que ma mère soit enceinte de jumelles... Des jumelles semi-monozygotes. Monsieur et Madame Khratvä ont nourri de beaux rêves tous dorés pour leur progéniture. Une Norni, une dans les affaires. Sofja et Zorah, la sagesse et la grandeur. Freyer n'aurait pu choisir un couple plus apte à créer des enfants utiles à la société. Mais voilà. Il y a une petite différence génétique, pas grand chose, nous étions en tous points identiques à ce que m'a dit mon père... Sauf que Zorah, elle, n'a pas passé le test. Dès sa première seconde de « vie », Zorah a échoué. Elle a disparu, quelque part, loin. L'Umbilicus s'est emparé de la seule personne qui aurait pu comprendre qui je suis.. Zorah a hérité de ce putain de gène muet chez mon très cher Papa. Elle est Ase. Était. Il paraît que je dois en parler au passé. Elle est morte, qu'on me dit. Je n'ai jamais fêté mon anniversaire. En 29 ans d'existence, je n'ai jamais fêté mon putain d'anniversaire. On ne fête pas la mort de sa sœur, ça ne se fait pas.

    Faire pour faire, je préfère encore vivre dans ma débauche chaque nuit que ce paradis encrassé et contaminé nous offre. J'aime... La nuit. J'aime boire, fumer, coucher. Je suis connue pour mes mœurs légères... C'est ainsi que je vis, ainsi que j'ai toujours vécu, je ne crois pas avoir vu quelqu'un un jour trouver un argument valable pour me pousser à quitter ce rythme de vie. Le travail. L'alcool. Le tabac. Le sexe. La musique. La nuit. Le jour. Les larmes de mes adversaires. Les sentences en ma faveur. L'opulence, l'abondance. Le manque. La solitude, désirée. L'acidité. Les conflits. Le travail. La Loi. Pourquoi me plaindrais-je? Ma vie est merveilleuse. Un putain de cadeau. Une putain de blague.

    L'appartement est vide, comme ma tête, comme le reste. Un dernier esclave se pointe, l'air encore plus accablé que les autres. Il me demande s'il peut prendre la table et la chaise. J'acquiesce en silence, me redresse et me met en retrait. J'observe. Il a l'air si chétif que c'en serait presque ridicule... Sauf qu'il a une force hors du commun. Quand j'étais gosse, on me disait que si on ne contrôlait pas ces gens-là, ils pourraient m'arracher la tête dès qu'ils le souhaiteraient. Je l'envie, un peu, quelque part. Il y a bien des têtes que j'aimerais faire tomber, moi aussi, si je le pouvais. Je suppose que c'est pour ça que je suis devenue avocate. Je suppose que c'est pour ça que je défends les affaires indéfendables, que je les gagne, que je suis la Garce de la Cour. Je ne compte plus le nombre de fois où ma Mère a tenté de me faire révoquer. Sauf que je suis affectée à l'Ordre Suprême des Avocats de Walhalla, ce qui signifie que je fais partie de l'élite et qu'au même titre que les Nornis, je fais partie de l'équilibre même de la Justice. On ne peut pas me révoquer, juste me retirer une affaire, si on l'ose. Danny, mon ancien associé, sera sans doute ravi de m'apprendre comment ma mère a réagi à la lecture de l'article qui lui aura pourri sa petite journée dans son petit monde parfait et étriqué. Je regrette, souvent, d'être partie pour Austri. Il faut dire que travailler à Nordri était un Enfer. Sudri m'aurait accueilli à bras ouverts, certes, mais j'en avais plus que ras-le-cul de plaider en cabinet. Il n'y avait pas d'avocats de l'Ordre Suprême à l'Ouest, je suis allée m'y installer.

    Mais le temps de l'ennui est révolu, je crois. Je m'en fous. J'ai entendu dire que les Nornis de Sudri étaient objectivement moins conservateurs que ceux de Nordri et moins coins que ceux d'Austri. Dans le pire des cas, il me restera Westri. Ou bien... Ouais... Je peux aussi retourner à Nordri et pourrir la vie de ma Maternelle jusqu'à ce que crise cardiaque s'en suive pour récupérer son siège et faire bouger les choses en interne. C'est la voie facile, la voie fourbe mais si mon cas finit vraiment par me paraître désespéré, sans doute n'aurais-je pas d'autre choix que de devenir plus Garce encore que la Garce que je suis. Pas besoin de beaucoup de travail, juste beaucoup de culot. Et très très peu de scrupules. Ça tombe bien, j'en suis dénuée.

    Je laisse mon dernier tiers de cigarillo au regard du vide qui m'a servi de lieux de vie pendant six ans. J'aime les nouveaux départs, ils commencent toujours avec une putain de bagarre.

    Quand la porte se ferme derrière moi, je n'ai pas l'impression de changer grand chose, je vais juste chercher une cours de jeu plus grande et quelques avocats péteux dans un cabinet d'élite. La routine

    *


    Puis la chute.


    Nous sommes en juin 2102. Le temps passe vite. Trop parfois... Nous sommes en juin 2102 et j'ai laissé Sudri derrière moi. J'ai tout laissé derrière moi... Je suis là, dans ce taxi qui me mène vers un but précis mais une partie de mon cerveau continue d'errer ailleurs...

    Il y a deux ans, j'ai disparu, à mon corps défendant... Comme dans les films, dans les histoires, dans les rumeurs dégueulasses que portent ce monde et qui ne laissent rien présager de bon. Enlevée par un groupe d'activistes anti-ase, j'ai passé un an en captivité, traitée comme de la viande, utilisée dans des affaires juridiques... Traitée comme une esclave, mal traitée, et vraisemblablement gardée captive dans une base obscure au milieu de la jungle. Je ne dois mon salut qu'à un coup de chance. C'est à dire qu'au bout d'un an d'une charmante collocation, mes connards d'hôtes ont relâché leur attention et, un jour, je me suis retrouvée à gambader comme une conne dans la jungle en essayant de survivre, ce qui était certes courageux mais aussi tout à fait stupide. C'est là que je suis tombée sur Cesto... Se faire récupérer par son ex au milieu d'une forêt hostile et sans aucune envie de le croiser, ça tient quand même du miracle... Et je ne me suis pas plainte, faut pas pousser, il m'a sauvé la vie, j'étais pas en position. Un trimestre a passé, dans sa cabane, à me garder planquée sans que je sache trop pourquoi mais je l'ai laissé faire. J'étais pas en état. Je ne savais plus où j'en étais, je crois... Et il a contacté ma Mère. Helena Khratvä la Terrible a fait preuve d'émotions, chose étrange pour moi. Dans le secret, en moins d'un mois, elle a fait venir une équipe de mercenaires pour me sortir de la boue et m'a planquée chez elle. J'avais trente ans et je retournais vivre chez mes parents, l'extase absolue.

    Et puis tout est allé très vite... Comme je reste l'une des avocates les plus brillantes du Quadra, j'avais suffisamment assuré mes arrières pour récupérer mon identité et mon patrimoine à la barbe de mes ravisseurs. Ma mère et moi sommes entrées en croisade silencieuse à l'encontre de mes persécuteurs pour s'assurer qu'ils ne seraient plus en mesure de me causer du tort, aidées par Baxter Sebet, mon mentor et ami qui a bien manqué de me péter trois cotes quand il a réalisé que c'était bien moi, que j'étais pas morte. J'ai continué de me faire discrète, pour ne pas dire fantomatique, m'occupant de l'Administration de l'Ordre Suprême depuis ma chambre de la résidence familiale... Jusqu'à hier.

    Hier, Celestin Skarh est tombé, sous la verve d'un certain Nero Huffingham qui n'avait aucune idée de ce qu'il faisait réellement. Sebet aurait pu lui dire mais ce n'était pas prudent... Et aujourd'hui je suis libre de revenir à la vie officiellement... Libre, c'est un grand mot, personne ne sort indemne de la mort, surtout au bout de deux ans... Mais le barreau m'attend. Zohra aussi, quelque part... Et la vie, parce qu'à force d'en être privée, on finit par la désirer ardemment.

    Le taxi s'arrête. J'en sors, me déleste de quelques wyrds et me dirige vers la porte impressionnante de la Tour de Nordri. Sebet me rend mon bureau, il a appelé mes clients, a fait rapatrier mon assistante... Et moi, je porte un pantalon de costard et un blazer noir, j'ai le chignon haut et l'air convaincu. Sur la porte d'ébène, au dernier étage, il y a bien une plaque avec mon nom, c'est vrai... Mais je descends par l'escalier, parce que je vais ailleurs. J'ouvre une porte et m'installe dans un fauteuil en cuir qui n'est pas le mien. Il a rendez-vous avec moi mais ne le sait pas. Je souris, une cigarette aux lèvres...

    - En deux ans, t'as même pas pensé à réclamer une plus belle vue... Je croyais que t'avais de l'ambition, Bambi...




L I E N S


    ► Nero S.H. Uffingham. Son casse-burne attitré, un salopard qui lui a manqué. Officieusement, son poulain, chose qu'elle ne révélera jamais de vive voix. Elle a beaucoup d'affection pour lui, c'est juste qu'elle est et a toujours été incapable de le montrer.
    ► Helena Khratvä (PV). La relation mère/fille a toujours été des plus houleuses... Mais les derniers événements semblent avoir remis les choses à plat.
    ► Black Mambas. Depuis une rencontre, il y a deux ans et demi, Sofja travaille en collaboration sporadique avec les Mambas... Cette relation risque de souffrir de l'Ordre 99 comme de l'exil de la Terrible pour Nordri.



    Précisions ou informations complémentaires sur votre personnage : Personnage revenu des morts ?



L ' A F T E R



    Nom de l‘avatar : Ali Larter

    Comment avez-vous connu Walhalla : J'étais là sur la première version...

    Présence sur le forum : Suffisante ?

_________________
Le Droit c'est moi, Connard.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'Enfer est pavé de bonnes intentions.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nero S.H. Uffingham
    The Devil's Advocate

avatar

Date d'inscription : 05/09/2010
Messages : 4048
Localisation : En mon fief de Nordri.

Emploi : Avocat au C.O.S.
Faculté : S'attirer les casse-b...
Maîtrise : De Droit


MessageSujet: Re: Sofja Khratvä    Dim 16 Juin 2013 - 12:32

Pas besoin de rajouter quoique ce soit ... Wink

Ca fait du bien de te revoir, blondasse. 

Hop !

_________________
La justice, il suffit d'y travailler pour savoir qu'elle n'existe pas.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sofja Khratvä

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walhalla :: ► DIEGESE :: :: FICHES VALIDEES :: :: Vanes-